AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
MERCI DE PRIVILÉGIER LES HOMMES SUR LES NAVIRES ET LES FEMMES A TERRE ! Il y a également de nombreuses choses possibles pour les femmes à terre ;)

Partagez | 
 

 Whether we wound or are wounded, the blood that flows is red.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Whether we wound or are wounded, the blood that flows is red.   Jeu 19 Mar - 22:09

Whether we wound or are wounded,  the blood that flows is red.
Sulfureuse. Décadente. Orgies de senteurs dans un décor de stupre. La Sangsue se prélasse en cette soirée dans son habituelle lascivité fastueuse. Les corps se meuvent avec lenteur, ici, tantôt les uns contre les autres, tantôt à se traquer dans les couloirs aux colonnes vertigineuses. Le vin coule à flots. Les rires et cris de bêtes sont légions dans ce champ de bataille aux milles figures. Il s’avance avec ses frères d'armes qui scindent bientôt leur horde en des fragments d’appétence : pour l’alcool, les mets et les filles. Sans vraiment s’imposer un ordre de préférence ni de consommation. Lui, sieur assagi du moins pour ce soir, chemine avec calme dans la valse libertine, observant avec attention les fesses, mamelles et cuisses qui, de sueur et de gnôle, se ploient et se courbent sur les oripeaux de la clientèle. Il n’en perd pas une miette, pas une goutte, pas un miaulement. Il s’en délecte comme tout mâle en ce lieu, quand bien même ses pas poursuivent leur progression avec une obstination de maître. Personne ne l’accoste. Elles savent toutes que c’est inutile, pas aujourd'hui. Quelques rares nouvelles s’entêtent à loucher sur son faciès rugueux, mais si les sourires sont échangés, le jeu s’arrête là ; avant même qu’elles ne puissent s’ébranler, le jeune pirate a disparu. Néanmoins, et pour une fois, une donzelle lui attire le regard. Belle a en damnée, elle l'aguiche, le drague, et en vient même à …

❱❱❱❱❱

C'est une pluie lourde, non, c'est un mur. Un mur fait d'eau froide qui s'abattu sur le visage du forban pirate que tu étais. Te réveillant d'un coup, tu avais comme qui dirait mal aux cheveux, et ce, pour la même raison qu'hier, avant hier, ou la semaine dernière : tu avais encore une fois trop bu. Le moindre bruit te faisait tressaillir, et une envie de vomir te rendait patraque. En clair, tu avais une sacrée gueule de bois. Ton état était devenu une telle habitude, au point, que les gens ne faisaient même plus attention, sauf que ... Un équipage tout entier était penché sur toi, te regardant l'air de dire « mais qui c'est celui-là ? ». Fronçant les sourcils, tu te redressas rapidement, chancelant pour trouver ton équilibre. « Tu t'es trompé de bateau ! » Trompé de bateau ? Effectivement après un coup d'œil vif, ce bâtiment ne t'était pas connu. Pas du tout ! Et le pire, c'est qu'il avait quitté terre ! T'apprêtant à dire quelque chose pour ta défense, ils ne t'en laissèrent pas le temps, te jetant à l'eau comme un mal propre. Heureusement que tu savais nager ! « Fils de chacal ! » Crias-tu flottant dans l'eau. Regardant le navire s'éloigner, tu commenças à nager. Tu pouvais voir Nasseau de là où tu étais. Nageant, et nageant encore, tu touchas enfin la côte. Rampant sur le sable comme un ver, complètement épuisé par cette nage olympique, une robe te barra ensuite la route. Levant le visage, tu la vis. 'Elle'. Isolde.

Deuxième sursaut de la journée, tu te relevas ! Sur plus d'une centaine d'habitant vivant sur ce maudit caillou, il a fallu que tu tombes sur elle. Était-il utile de dire que tu appréciais la dame ? Tu ne l'appréciais que peu, et ce n'était qu'un euphémisme, évidemment. Toutefois, un sourire naquit sur tes lèvres. Tu n'allais certainement pas te décomposer à chaque mauvaise rencontre, bien que ce soit la pire ! « Je vous salue ma Dame. » Petite courbette, ton geste était plus moqueur que respectueux. Tu avais beau avoir du sang bleu dans tes veines, les étiquettes et les mœurs, tu les avais jetés dès que tu as pu en quittant les tiens. Et elle, elle le savait. C'était bien le problème ! Profiteuse et manipulatrice, Isolde savait faire preuve de conviction à ton égard, en usant d'une ribambelle de méthodes tout aussi honorables qu'un fripon habillé en homme de foi. Faisant marche pour t'éloigner de ce démon en jupon, elle t'arrêta ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 2336
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : caitlin stasey.
› crédits : prittiebird & dyxie.
MessageSujet: Re: Whether we wound or are wounded, the blood that flows is red.   Mer 25 Mar - 21:58

Code:
Whether we wound or are wounded,  the blood that flows is red.
Le doux vent chaud de Nassau lui fouette le visage. Guettant l’horizon, elle rêve d’aventures et de péripéties romanesques pour sa redondante vie de jeune héritière. La vie sur l’île est loin d’être chose aisée : entre cloisonnement et barbarie de pirates, la vie n'offrait que peu d’options à la jeune Isolde pour se divertir. Ajustant son châle qui orne ses épaules, replaçant une mèche de cheveux déviée par le vent, pas à pas, elle profite de la vue merveilleuse que lui offre l’île de New Providence. L’œil attiré par une ombre noire dans les flots, elle ne put combattre sa curiosité. Une créature fantastique ou un effrayant monstre des mers ? Cédant à son assaut de curiosité, ses pas la dirigent vers les eaux. La mer, de plus en plus proche, vient s’écraser sur le sable blanc. Sa vision se précisa et elle fût presque déçue de ne voir échouer au sol qu’un vulgaire corps humain. Trempé, peut-être même affaiblit, l’homme redresse son visage vers elle.

Lui. Il la débectait, tout simplement - et depuis longtemps.  Le regard dédaigneux et l’allure digne, elle se recule d’un pas. Cruel et impitoyable, le clan O'Seaghdhane ne se distinguait pas par son élégance. Connu de toute l’Europe du Nord, et plus précisément en Irlande. Famille qu'elle avait toujours qualifiée d'alienée et de psychopathe. Elle n'avait toujours pas changé d'avis sur la question. « Je vous salue ma Dame. ».  Les courbettes avaient toujours été sa spécialité. Il en usait et abusait souvent. « Sloan ó Seaghdha...» Isolde incline simplement son visage en guise de salutations.  Évidemment,  l'ironie est de mise. Le regard fixe et  sévère, assaillie par des a prioris récalcitrants, elle reste face à lui. Non, elle ne l'aidera pas à se relever. Elle ne l'aidera pas à retirer ses mains du sable, ne lui tendra pas non plus la main pour l'aider à se relever. « Personne à torturer dans les environs ?» demande-t-elle cyniquement à son interlocuteur tout en regardant à droite, puis à gauche. Son regard se recentre sur Sloan. Il n'avait pas perdu en charisme bien que la situation ne lui rendait pas justice.

Il marche en s'éloignant du bord de mer. Elle le suit du regard, en silence. Puis décide de rompre le silence qui s'était installé. Non pas pour faire la conversation, mais pour lui faire remarquer sa 'joie' de le retrouver. « ...des milliers de kilomètres pour te retrouver là, sur cette plage... Le Seigneur doit m'en vouloir... » Soupira-t-elle les mains sur les hanches en détournant son regard. Le hasard faisait bien ou mal les choses. Quoiqu'il en soit Isolde avait parcourut la moitié du globe et les voilà nez à nez. Son rival a l'air affaiblit,  probablement à cause de la longue nage qu'il venait d'effectuer. Son souffle est court, son torse gonfle au fil de sa respiration. «Je t'ai vu en meilleure forme, Seaghdha » Lance Isolde,  bien décidée à ne pas le laisser partir aussi rapidement. Elle s'ennuyait fermement sur cette île et elle venait de voir une étrange et originale façon de se divertir enfin. Doués tout deux d'une repartie sans nom, ils avaient deja eu l'occasion de se confronter auparavant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://by-dyxie.tumblr.com/
 

Whether we wound or are wounded, the blood that flows is red.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
never shall we die :: NEW PROVIDENCE :: south :: the southern beach-
Sauter vers: