AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
MERCI DE PRIVILÉGIER LES HOMMES SUR LES NAVIRES ET LES FEMMES A TERRE ! Il y a également de nombreuses choses possibles pour les femmes à terre ;)

Partagez | 
 

 (event 1, hewry), chaos is a ladder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 4753
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : santiago cabrera.
› crédits : @nightshade (avatar), tumblr (gifs), M83, oblivion (lyrics).
› comptes : ela seaworth.
MessageSujet: (event 1, hewry), chaos is a ladder   Mer 8 Avr - 1:04

you know the motto, every man for himself

Come the courier alone, the high road winds you loose, water s m o o t h e d the stones, but a weary figure stoops. still in the night, there’s a curse he must find. and the flurry of suffering. past the low-sinking bridge, for the surging river spring. come the courier alone, for a courting moon, so b r i g h t. come the wayside crowd, the silhouette of grey and white. still in the night there’s a curse he must find. w/hewry risley & aries costello.

Les vertueux et les moralisateurs. Aries avait décidé de les éviter ce soir. A de nombreuses reprises, il avait eu l’envie presque dérangeante de dégainer la lame de son épée ou un pistolet pour régler les conflits qui avaient croisé son chemin. La patience, la clémence et un certain sens de l’honneur étaient pourtant les habituelles chaines de noblesse qui retenaient l’espagnol d’agir avec si peu de tact. Tout cela semblait l’avoir abandonné ce soir. Son âme s’avérait plus légère à porter, et tous les maux qui l’affligeaient au quotidien n’étaient plus que d’inaudibles murmures. Le sempiternel besoin de s’accrocher à sa misère de passé pour justifier ses actes, n’était plus. Cet incompréhensible désir de rédemption qui le hantait quotidiennement semblait avoir fondu comme neige au soleil. Tout ce qui l’avait, en d’autres temps, privé de bien des plaisirs. Quelle existence pénible il s’était infligé jusque-là ! La liberté, la vraie, l’appelait d’un chant lascif auquel il ne comptait guère résister, lui qui avait cru la connaitre, la savourer au bord du Flying Dragon ; il n’avait pu avoir plus tort. Elle s’avérait beaucoup plus savoureuse et enivrante que tout ce qu’il avait connu dans sa vie. Qui avait dit qu’il devrait encore porter sur ses épaules la mort de son fils, dix ans plus tard ? Comme si c’était sa faute ! Il n’avait pas commandé à l’hiver de se faire glacial. Ni même à la maladie de s’emparer du bébé. Tout ceci n’avait été sans doute qu’un prétexte. Un prétexte servi par sa tendre épouse pour le repousser. L’accabler de tous les maux de la Terre. Quel idiot avait-il été, pour gaspiller des années d’existence auprès d’elle. Insipide et jalouse bourgeoise.

Dans le flot de ses songes, Aries en vint à réaliser que sa bouteille était désormais aussi sèche qu’un désert – vide. C’est instinctivement, que d’un regard sur les environs, il chercha de quoi s’abreuver à nouveau, attrapant entre ses doigts distraits la coupe dans laquelle il avait déjà avalé de nombreuses gorgées de boisson. Lui qui avait fini par s’habituer au rhum et aux alcools forts, avait trouvé au vin un parfum presque fade – mais ce soir, c’était tout ce dont l’espagnol avait envie. Il savait déjà, en son for intérieur, que ni les liquides transparents ni les boissons ambrées ne pourraient faire l’affaire. Ils étaient ici pour célébrer après tout, et quelle meilleure boisson de célébration qu’un vin divin ? Il zigzagua entre les tables sur quelques dizaines de mètres, bousculant sur son passage des gens, retournant toutes les bouteilles qu’il pouvait croiser. Vide. Vide. Encore vide – à croire qu’il n’était pas le seul à apprécier à sa juste valeur ce divin liquide. Une ultime table, devant laquelle il s’arrêta un instant, avant de se laisser tomber, s’affaler au côté d’un parfait inconnu, se mêlant à l’imprévisible sans même lever les yeux. « J’ai besoin d’un verre. » marmonna-t-il simplement comme unique politesse, d’une main saisissant la bouteille qui se trouvait là pour avidement remplir sa coupe. Mais au moment de porter l’objet à ses lèvres pour s’abreuver, il se stoppa, comme saisi par un subit éclair de génie ; « Dis donc, tu m’sembles un peu familier… on se connaît par hasard ? » et dire que le vin lui donnait même le talent d’être sociable – ou presque ; ce soir, il tutoyait tous ceux qu’il croisait, sans distinction aucune, après tout, tout le monde semblait jouasse.

_________________


breathe in the light and say goodbye ≈ since I was young, I knew I'd find you, but our love was a song sung by a dying swan. and in the night you hear me calling, you hear me c a l l i n g. and in your dreams you see me falling. breathe in the light, I'll stay here in the shadow waiting for a sign, as the time grows.


swag swag baby:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 624
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : Colin O'donoghue
› crédits : tag
MessageSujet: Re: (event 1, hewry), chaos is a ladder   Dim 12 Avr - 18:52

Chaos is a ladder.
Aries Costello et Hewry Risley
Ma tête tournait, me donnant un mal de chien et s'alourdissant de plus en plus. Les quelques lumières qui éclairaient la salle, émanant de plusieurs bougies et lampes murales, m'éblouissaient et m'obligeaient à fermer mes yeux bien malgré moi. Je sentais le vin répandre petit à petit sa chaleur à travers chaque parcelle de mon corps, se mélangeant au sang carmin qui coulait dans mes veines et m'armant d'une nouvelle énergie. J'étais tout seul, assis sur une chaise dans un coin bien aéré, regardant et remarquant les hommes et femmes qui trinquaient ici et là, portant les bouteilles à leurs lèvres et buvant jusqu'à en avoir les yeux rougies par l'ivresse. Un chien aboya en dehors, et mon regard fut machinalement porté vers la fenêtre. Ce mouvement si brusque me donna encore plus le vertige, je posai donc mon verre sur la table et attendit que mon corps s'accoutume à la dose que je venais à peine de lui donner. La ville célébrait aujourd'hui son anniversaire, l'anniversaire de Nassau, capitale des corsaires. Les rires fusaient de partout, comme des chants religieux lors d'un dimanche matin, et les habitants de la ville semblaient plus joyeux que jamais, s'échangeant la parole à droite et à gauche et explosant en rires stridents.

Je me sentais changé en cette nuit bien étrange. Je voulais rire et parler, je voulais rencontrer les habitants de Nassau et les connaitre. D'habitude, je me contentais de m'asseoir dans mon coin mal éclairé et regarder les gens faire ce qu'ils savaient faire. Je n'aimais point me fendre dans le tas ni échanger des paroles sans utilité avec des étrangers. Les raisons pour cela étaient tellement nombreuses et ennuyeuses qu'il me peine de me les remémorer. Heureusement, la vie est juste parce qu'elle est injuste envers tout le monde. Les tragédies, aussi sombres qu'elles puissent être, peuvent s'abattre sur n'importe qui, c'était peut-être cela qui m'aidait, la nuit tombée, à dormir et fermer mes paupières. Mes songeries furent soudainement interrompues par une voix masculine qui me lança : « J’ai besoin d’un verre. ». L'homme en question porta sa main à ma bouteille, et alors qu'il s'apprêtait tout juste à boire il interrompit son action et ajouta : « Dis donc, tu m’sembles un peu familier… on se connaît par hasard ? ». Je levai doucement mon regard vers lui, le scrutant. Je lui arrachai la bouteille des mains, me versai un verre, la reposai sur la table et lui dit d'une voix à peine audible : « Ta bouille me dit quelque chose ... et tu me déranges ! ». Un sourire parfaitement innocent courba mes lèvres alors que j'écarquillais les yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 4753
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : santiago cabrera.
› crédits : @nightshade (avatar), tumblr (gifs), M83, oblivion (lyrics).
› comptes : ela seaworth.
MessageSujet: Re: (event 1, hewry), chaos is a ladder   Jeu 16 Avr - 20:14

you know the motto, every man for himself

Come the courier alone, the high road winds you loose, water s m o o t h e d the stones, but a weary figure stoops. still in the night, there’s a curse he must find. and the flurry of suffering. past the low-sinking bridge, for the surging river spring. come the courier alone, for a courting moon, so b r i g h t. come the wayside crowd, the silhouette of grey and white. still in the night there’s a curse he must find. w/hewry risley & aries costello.

L’alcool était généralement suivi par son lot de mauvaises surprises : Aries en avait déjà fait l’expérience à de nombreuses reprises. Lorsque, pris dans un groupe d’ivrognes, il se retrouvait au milieu d’une bagarre qui avait éclaté sans raison apparente – ou lorsqu’il manquait de peu de disparaître dans un village où le Flying Dragon avait jeté l’ancre, tout ça à cause d’une gueule de bois. Il lui était même déjà arrivé de se réveiller au milieu d’un bordel, sans sa bourse pleine d’argent, celle-ci ayant été subtilisée par il ne savait qui – une putain sans doute, quand bien même il ne le reconnaîtrait jamais. Certaines femmes savaient jouer avec cela, cependant et même l’espagnol charmeur et charmant en avait fait l’expérience. Peut-être bien que le lendemain, Aries en viendrait à regretter chacun des choix qu’il avait faits ce soir même : haranguer certaines personnes dans la foule, en provoquer d’autres. Ou s’asseoir ici, en compagnie de ce type duquel il ne connaissait rien, si ce n’est le fait qu’il avait une bouteille bien remplie à disposition. En cette occasion, cela faisait de l’homme sans nom, le meilleur ami du pirate. Ou presque. Il y avait encore quelques âmes, quelques souvenirs à sa mémoire que le vin n’avait pas transformé en amertume totale. Mais ce soir, la loyauté d’Aries, aussi infime était-elle, s’offrait à toute personne assez clémente pour lui offrir quelques gorgées de délicat nectar pourpre. L’homme assis ici ne semblait pas rechigner à l’idée de partager son bien, et c’est non sans un plaisir affiché que l’espagnol sentit glisser dans sa gorge l’amertume du vin. Quant à la conversation ; seuls tous les Dieux qui dirigeaient ce vaste monde pouvaient savoir où elle mènerait – au moins, Aries ne croyait pas en les Dieux, ce qui arrangeait pas mal la situation.

« Eh bah, désolé pour le dérangement. » ironisa le pirate, levant d’un bref mouvement son verre, comme pour trinquer à une certaine mésentente planant dans l’air malgré leurs sourires polis. Ou sympathisants ; ce soir, Aries doutait de ses chances à pouvoir être poli avec qui que ce soit. Déjà, le contact avec la foule le lassait – lui qui d’habitude trouvait presque du réconfort en la masse de population, le contact avec les autres. En d’autres jours, il se serait déjà levé, arrosant d’un vin délicieux tous ceux autour de lui pour chanter ces mélopées dont seuls les pirates pouvaient connaître les paroles. Ou les espagnols. Aries était un peu des deux, quand bien même il n’avait jamais foutu les pieds en Espagne, et doutait fortement de l’utilité d’être un pirate, si cela correspondait à être sous les ordres d’un abruti comme Harley Oaken. « Mais je doute qu’un endroit comme la place du marché soit propice à la solitude. » quel beau langage, tout juste un doux apparat pour caresser l’inconnu dans le sens du poil, le tout avec le même sourire que son voisin. « J’suppose qu’entre collègues de boisson on peut faire connaissance. Tu peux m’appeler Aries, si ça te chante. » il marmonna, oubliant toute stratégie de politesse empressée, alors qu’il amenait le verre à ses lèvres pour boire à nouveau. S’ils devaient en venir aux mains à cause d’un faux pas de l’un ou de l’autre, qu’il en soit ainsi ; l’espagnol se sentait avoir le sang chaud ce soir de toute manière.

_________________


breathe in the light and say goodbye ≈ since I was young, I knew I'd find you, but our love was a song sung by a dying swan. and in the night you hear me calling, you hear me c a l l i n g. and in your dreams you see me falling. breathe in the light, I'll stay here in the shadow waiting for a sign, as the time grows.


swag swag baby:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (event 1, hewry), chaos is a ladder   

Revenir en haut Aller en bas
 

(event 1, hewry), chaos is a ladder

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» News Space Marine du Chaos V6
» Empire Vs Chaos
» Vente/ echange Space Marine du chaos
» Vente Demons du Chaos/Dark Angels/Empire
» Nain du chaos
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
never shall we die :: NEW PROVIDENCE :: the market place-
Sauter vers: