AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
MERCI DE PRIVILÉGIER LES HOMMES SUR LES NAVIRES ET LES FEMMES A TERRE ! Il y a également de nombreuses choses possibles pour les femmes à terre ;)

Partagez | 
 

 one more night (Noah & Hewry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: one more night (Noah & Hewry)   Sam 14 Mar - 17:48

Hewry ∞ Noah
C'était tellement agréable de sentir ce sable chaud me recouvrir les mains, de ferme les yeux et profiter de la caresse agréable de cette douce brise, de tendre les oreilles et de me laisser bercer par le fracas apaisant des vagues. J'aimais ces paysages et j'aimais ce genre de vie. La vie près de la mer, près des plages, près du danger et des trésors. La vie de pirate. A vrai dire, je ne le vivais pas. Je n'étais pas un pirate. Cependant, hormis peut-être pour les riches et honnêtes personnes, toutes les personnes de Nassau vivaient une vie au moins proche de celle d'un brigand. Le décor était le même et ces derniers étaient tellement présents qu'on ne pouvait penser que par eux. Je le savais par expérience, les pirates étaient le genre à vous faire tourner la tête et à rester ancré dans vos pensées encore et encore. J'en avais rencontré un, il y a quelques jours maintenant. Un homme pas imposant, mais possédant une certaine prestance par rapport à d'autres. Un homme au charme dangereusement attrayant. Un homme aux yeux couleur mer et empli d'expérience. Le genre d'homme auquel on ne peut succomber, même pour moi étant aussi un homme. C'était un vil pirate, un brigand qui m'avait laissé la vie sauve malgré mon effronterie. Un homme de la mer dont le toucher de ses lèvres et de ses mains me faisait encore frémir d'un plaisir récent. Ce n'était pas si étonnant au final que cet homme soit un capitaine. Le capitaine du Rising Sun. Il en avait la carrure, même s'il paraissait un peu jeune. Je n'en connaissais pas beaucoup sur lui hormis ce qu'il avait bien voulu me dire. Depuis, je ne l'avais plus revu. Il était comme un rêve qui m'avait laissé de merveilleux souvenirs. J'ouvrais les yeux, frissonnant au contact de la brise devenu plus fraîche. Le soir n'allait pas tarder à se montrer, il était temps que je regagne ma chambre.

Je rentrais à pas lents, en profitant pour observer les gens d'un œil curieux et amusé. J'aimais les pirates, vraiment. Ils me faisaient toujours un peu peur, mais ils étaient tellement singuliers. Avec eux, on ne s'ennuyait jamais, que ce soit en concours de beuverie ou bien en combat acharné pour une bêtise. Je savais que je n'étais pas fait pour cette vie. Depuis le peu de temps où je suis arrivé à Nassau, j'ai senti un changement. Les leçons de mon père s'effritent petit à petit tandis que je me laisse séduire par cette toute nouvelle vie où je me sens enfin vivant. Pourtant, j'ai encore beaucoup de choses à changer en moi et je dois encore m'améliorer. A commencer par exemple par l'entraînement. Je ne sais pas tenir une épée et je n'ai pas le courage d'appuyer la gâchette d'un pistolet. Il a bien ce garçon, Silas, qui m'apprend petit à petit à me défendre. Je lui fais pitié je crois et lui me fais peur. Je ne comprends pas bien ce qu'il veut de moi, mais au moins j'ai une aide pour me rapprocher un peu plus de mon rêve. J'ouvre la porte de l'auberge et salue la patronne de la tête avant de jeter un coup d’œil à la salle à manger. J'aime bien lorsqu'Eleanor est là. Elle est douce et assez maternelle avec moi, ce qui ne me déplaît pas. C'est une demoiselle avec qui j'aime bien parler et à qui j'offre mes plus beaux sourire si elle me sert un peu plus que ma part. Elle ne sait pas d'où vient mon argent pour m'offrir de quoi manger et il ne vaut mieux pas. Une preuve que j'ai changé, c'est que j'ai appris à voler et je n'hésite pas à le faire. Je ne peux pas m'en prendre aux personnes qui m'ont l'air honnêtes, mais ça ne me dérange pas de voler la plupart des pirates. Après tout, ils volent eux aussi. J'aurais pu trouver si quelqu'un n'avait pas besoin d'aide pour un travail, mais j'avais peur de me bloquer après. Si je travaillais, j'avais peur de ne plus pouvoir devenir pirate. Alors je me contentais de voler. Et puis, j'avais un ange gardien aussi. Un brun ténébreux qui m'assurait un toit chaque jour. Celui qui payait ma chambre gracieusement.

Je refermais la porte après moi une fois entré dans ma chambre. J'allais ranger le livre que j'avais pris avec moi dans l'armoire avant de quitter mes chaussures. Quand allais-je le revoir ? Ce fameux pirate ? Lorsque son visage me revenait en mémoire, lorsque j'entendais sa voix à nouveau dans mes pensées, mon corps frémissait légèrement et mon cœur accélérait l'espace d'un instant. Je voulais le revoir, mais la vie d'un pirate est imprévisible. Il devait souvent être parti. Je retirais ma chemise et mon pantalon que je déposais tous deux sur mon lit. Je fis de même avec mon sous-vêtement, me retrouvant alors nu avant de m'avancer jusqu'à la bassine pour me laver. Après l'avoir remplie d'eau, je m'installais l'intérieur, poussant un soupir de bien-être tandis que mes muscles se décontractaient J'entendis un bruit, comme une porte qui s'ouvre ou qui se ferme. Je ne fermais jamais ma chambre à clé et je n'étais même pas sûr de savoir si c'était possible de le faire ou non. Quoiqu'il en soit, quelqu'un était dans ma chambre. Je me cachais du mieux possible, ramenant mes jambes contre mon torse et m'enfonçant le plus possible dans la bassine. Je tournais légèrement le visage, pour tenter de voir qui était ce visiteur ou cette visiteuse inconnu. " Qui est là ? " Personne ne venait jamais dans ma chambre en général, c'est pourquoi je ne voyais pas l'utilité de fermer à clef. Mais ce devait être quelqu'un qui venait me rendre visite, sûrement Deidre par exemple. " Je... Je finis vite, est-ce que tu peux m'apporter la serviette sur la chaise ? Ou au moins me la rapprocher s'il te plait. "
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 624
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : Colin O'donoghue
› crédits : tag
MessageSujet: Re: one more night (Noah & Hewry)   Mar 17 Mar - 18:45

the gods are good
Grand était l’astre nocturne, et nombreuses étaient les étoiles qui l’entouraient. Une douce nuit était à prévoir. Le vent soufflait doucement, rafraichissant et d’une tiédeur agréable. La ville de Nassau en serait ravie ! Le climat était toujours à plaire ici, à vrai dire. Excepté les quelques torrents de pluie qui nous attaquaient des fois, le soleil pointait toujours son bout du nez par-dessus les nuages, nous éclairant et nous réchauffant comme lui seul savait le faire. La journée qui venait de s’écouler, si lentement faut-il le dire, avait été extrêmement chargée. Je m’étais levé au petit matin, fidèle à mes habitudes, alors qu’Eleanor préparait déjà un petit-déjeuner, la petit Juliet à ses côtés, l’observant et ouvrant grande la bouche en des bâillements réguliers. J’avalai le tout assez rapidement, comme un crocodile impatient d’en finir avec sa proie, avant de sortir, ma cape dans la main, et de fermer la porte derrière moi. Généralement, j’allai faire un tour sur la plage de Nassau, là où mon équipage se réunissait presque chaque matin quand nous sommes à terre. Mon équipage. Le tas de questions que je me pose à leur égard est tout simplement énorme, et ce après la prophétie de la voyante. Maudite voyante, pensant m’avoir aidé elle n’a fait que m’emprisonner dans une angoisse qui me poursuis chaque jour et chaque nuit. Et pourtant, j’ai décidé de prendre ses mots au sérieux. J’ai encore les senteurs de son petit local au fond de mes narines, et sa chevelure pâle ne quitte plus mes yeux. Je parlais de mon équipage. Apparemment, quelqu’un d’eux allait bien essayer de me tuer. Je ne pouvais pourtant penser à personne ! Qui pouvait bien m’en vouloir au point de m’ôter la vie ? D’un geste de la main, j’avais balayé tous ces points d’interrogation. Comme prévu, l’équipage était là, réunis, je me tins à l’écart et attendis. Je ne suis pas une personne très sociale, vous l’aurez sans doute compris. Quelques minutes plus tard, j’étais déjà en route vers la taverne où je pris quelques verres de rhum, plusieurs verres pour être honnête … j’avais la tête qui tournait et je voulais stabiliser mes pensées, ne m’en veuillez pas.

En tout cas, pour le reste de la journée, je me suis égaré. Je pense même avoir parcouru tout Nassau au moins trois fois. Puis, quand je m’en suis finalement lassé, je suis allé faire un tour rapide dans les alentours de la ville qui ne cessent de m’impressionner depuis mon arrivée. J’étais maintenant assis paisiblement sur un rocher à l’est de la ville. A l’entrée exacte de ce qui avait été autrefois, il me semble, une colonie espagnole, puis anglaise, puis une ville totalement abandonnée maintenant. Ces grandes civilisations et leur amour pour la terre, je m’en trouve toujours autant fâché. N’est-ce pas, après tout, au nom de cet amour même que les anglais ont sauvagement tué des dizaines et dizaines d’irlandais. Ou était-ce tout simplement par pure haine ? Je n’en savais rien, mais je savais que ma vengeance … et bien je l’aurais, dussé-je sacrifier ma vie pour la réaliser. Cette vengeance définit ma vie, et je ne me vois pas la laisser tomber d’ici peu. Le soleil fit une jolie courbe dans le ciel, laissant un filet de lumière orangée derrière lui. Une commette, on aurait dit. Mais je n’avais jamais vu de commette et je ne saurais faire la ressemblance. Je me levai alors, sautant sur place afin de laisser le sang abreuver mes articulations ankylosées, et rentrai à Nassau. A la seule différence qu’il faisait maintenant nuit, la ville était toujours comme je l’avais laissée. Animée et bruyante. Deux mots qui la définissaient parfaitement. Je ne pus toutefois m’empêcher de pousser la porte de l’auberge dès que je fus à sa hauteur, priant qu’Eleanor ne me voie pas. Mes pas me guidèrent presque automatiquement à l’étage supérieur, puis vers la chambre que j’avais moi-même loué pour le jeune Noah, j’en poussa la porte et entrai sans me faire inviter. « Qui est là ? », avait-il crié. Petit idiot, un jour il se fera tuer parce qu’il n’a pas l’esprit assez vif dans des situations comme celles-là. Je ne répondis pas. « Je... Je finis vite, est-ce que tu peux m'apporter la serviette sur la chaise ? Ou au moins me la rapprocher s'il te plait. », ajouta-t-il. Je ne répondis toujours pas, mais ma main prit la serviette qui somnolait sur la chaise et je la lui lançai par le cadran de la porte. J’allai ensuite m’adosser contre un mur et attendit qu’il finisse.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

one more night (Noah & Hewry)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le pigment Moonlight Night
» Yannick Noah
» couches Sweet-Night
» One night stand
» sweet night
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
never shall we die :: IT'S TIME TO REST :: the old treasury :: les rps abandonnés-
Sauter vers: