AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
MERCI DE PRIVILÉGIER LES HOMMES SUR LES NAVIRES ET LES FEMMES A TERRE ! Il y a également de nombreuses choses possibles pour les femmes à terre ;)

Partagez | 
 

 Les années noires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:00

sybell rose moriarty
NOM : Née Rosenberg, c'est un nom qu'elle portait autrefois avec fierté, un nom qu'elle n'aurait jamais pu abandonner si elle n'avait pas été persuadée que celui de son mari en valait la peine. On la connaît ainsi depuis quelques années sous le nom de Moriarty. PRÉNOMS : Sybell est un prénom que l'on retrouve de nombreuse fois dans l'arbre généalogique des Rosenberg. Rose, son second prénom, est également celui de sa mère. ÂGE : Âgée de trente-trois ans, chaque anniversaire était un poignard de plus planté dans son cœur, chaque anniversaire était autant d'espoir qui lui était brutalement arraché. DATE ET LIEU DE NAISSANCE : Fille unique, née le 23 mai 1677, à Londres. ORIGINES : Sa famille est anglaise depuis des générations, et elle ne voit en sa terre natale que les plus belles qualités. Avoir du s'en éloigner pour assurer son avenir lui coûte bien plus qu'elle ne l'avoue. NATIONALITÉ : Anglaise. STATUT CIVIL : Mariée. PROFESSION : Dame de la noblesse anglaise, c'est la la seule tâche dont elle doit se soucier. CRÉDITS : visenya (avatar) uncertaintumblr (bann)

HERE FOR ETERNITY


nothing left to say
001. Respectée et respectable, elle fut élevée pour éblouir et n'a jamais failli, jusqu'à son mariage, à cette tâche. Parfaitement éduquée, ses manières ravissent et on n'apprécie les silences qu'elle sait toujours bien placer. Ses bons mots et sa culture émerveillent juste ce qu'il faut, et elle exécutera avec un plaisir non dissimulé les morceaux de piano qu'on lui réclamera. Parfaite lady, réclamée dans tous cercles, sa vie sociale est un tourbillon au sein duquel elle se laisse volontiers emporter. 002. Elle trompe l'ennui à coup de lectures et de musique et feint d'ignorer les murmures qui accompagnent la moindre de ses sorties. Par ses talents et son esprit, elle tente de faire oublier l'absence d'enfant à ses côtés, aussi bien à ses compagnons d'oisiveté qu'à son propre cœur.   003. La musique reste néanmoins une véritable passion à laquelle elle s'adonne avec plaisir, exprimant ainsi les sentiments qu'elle conserve, en d'autres occasions, bien à l'abri derrière les murs de son esprit.   004. Chaque fausse couche fut une partie de son âme envolée en même temps que celle de l'enfant qui n'existerait pas. Elle s'éveillait la nuit, la tête empli de rires qui n'éclataient que dans sa tête, condamnée à pleurer en silence, couvrant de ses larmes le vide éternel de son lit. La naissance récente de son fils lui aura sauvé la vie et sa raison, bien plus qu'elle n'aura préservé sa réputation. 005. Ses sentiments et ceux d'autrui n'ont jamais été sa priorité, et seul son enfant fait aujourd'hui exception à cette règle. Si l'amour et l'amitié ne lui sont pas totalement étranger, seul le désir de sauvegarder sa position et son rang, ainsi que sa propre dignité, guident ses choix. 006. Nassau lui est insupportable, comme un reflet de ses échecs et la vision de ce qui pourrait l'attendre si elle ne parvenait pas à s'attacher de nouveau son mari. Elle ne comprend d'ailleurs pas que celui-ci ait pu lui préférer ce repère de brigands. Elle vit la plupart du temps enfermée dans ses appartements et ce qu'elle voit de la ville par sa fenêtre lui suffit amplement. 007. Elle consacre ses journées à son fils, autour de qui tourne aujourd'hui un monde qui ne tournait autrefois qu'autour d'elle. 008. Sans doute a-t-elle aimé le père de son fils pour ce qu'il a su lui donner. Peut-être était-ce d'ailleurs ce qui lui avait toujours manqué, un cœur battant pour réchauffer des entrailles privées d'une affection dont elle n'avait jamais pensé manquer. 009. De ce qui guérirait définitivement ses blessures, elle n'en est plus très sûre. Elle s'accroche néanmoins à l'idée que retourner à Londres au bras de son mari, dont elle aura reconquérit le cœur, résoudra jusqu'au plus petit de ses problèmes. Sybell est déterminée et ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins. 010. Si la destination de son voyage la rebute au plus haut point, le voyage en lui-même a éveillé en elle des sensations inconnues, des craintes mystiques qui ont rosi ses joues et réchauffé son âme. Elle a cru, l'espace d'un instant, comprendre enfin ce qui poussait son mari à la quitter si souvent pour ce qu'elle ne pensait auparavant n'être qu'une immensité bleue, sans le moindre cœur. Elle aurait pu se laisser griser par le mot « liberté » soudain gravé en toutes lettres au plus profond d'elle-même, mais elle s'est contenté, comme elle en a toujours eu l'habitude et le réflexe, d'étouffer cet éveil à ce qui « aurait pu être ».
muze ›› ophélie ››  vingt-trois ans
PAYS : Royaume Uni. FRÉQUENCE DE CONNEXION : 6j/7j. VOTRE AVIS SUR NSWD : Il est trop laid, je l'ai toujours dit. COMMENT AVEZ VOUS CONNU LE FORUM : bazzzzart. PERSONNAGE : Scénario de Gabriel Moriarty. CÉLÉBRITÉ : Maimie Mccoy. VOYEZ VOUS DES CHOSES A AMÉLIORER ? : L'état de ma fiche, pour le moment. UN DERNIER MOT ? : gné.


Dernière édition par Sybell Moriarty le Sam 21 Mar - 18:40, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:01

stories can make us fly, history is a burden



✩✩✩✩

Elle avait vu les sourires de ses amies faner à l'approche de mariages arrangés, d'unions dont elles ne voulaient pas et qui allaient arracher la plupart d'entre elles aux rêves et aux bras d'hommes qu'elles avaient appris à n'aimer qu'en secret. Leur cœur allait ailleurs, tirait désespérément leur poitrine vers des horizons différents de ceux imposés par leur famille : peu importait la fortune, la beauté et la respectabilité du promis, elles refusaient systématiquement tout ce qu'il représentait. Sybell les avait observé, l'air neutre et silencieuse, les mains sagement posées sur ses cuisses. Elle avait compris sans comprendre les soupirs désespérés poussés par ces filles à qui l'on avait enseigné le romantisme tout en le leur interdisant. Elle les avait plaint du plus profond de son cœur, sans jamais pour autant prendre le temps de consoler celles à qui on n'avait jamais caché leur destin. Les filles marchaient dans les pas de leur mère, peu importe les pleurs, les cris et les regrets qu'il leur faudrait attacher à leurs chevilles. Sybell avait pris garde de n'aimer personne, avait pris garde d'armer son cœur contre ses propres assauts, avait passé son enfance les yeux sagement baissés afin d'éviter de croiser le regard de ceux qui auraient pu fragiliser les convictions imposées par ses parents. Elle avait ignoré les colères et les caprices, ignoré les désirs de son cœur que sa tête ne manquait jamais de faire taire, afin de ne pas faire dévier ses pas du chemin soigneusement tracé pour elle. Elle avait tout fait, tout donné, renié la moindre de ses aspirations pour satisfaire ses parents et s'assurer une vie heureuse et tranquille, loin des scandales et des soupirs de ses amies, inspirés par leurs histoires imaginaires. Et pourtant, en cet instant, alors qu'elle faisait face à l'homme devenu son mari, alors qu'il lui annonçait son départ qu'aucun aurait pu croire définitif sans que la moindre émotion ne vienne faire trembler sa voix, elle se demandait enfin si tous ces sacrifices avaient jamais eu un véritable sens, et si ce n'était pas elle, plus que ses amies, qui s'était condamnée à une vie pleine de regrets. Instinctivement, elle porta la main à son ventre, comme pour protéger de ses doutes un éventuel espoir de ne pas être « vide » pour le restant de ses jours. Ce « vide », elle le voyait également dans les yeux de Gabriel, pour qui elle savait ne plus être bonne à rien depuis longtemps. Mais Sybell savait depuis trop longtemps mettre ses sentiments là où elle-même ne pouvait plus les atteindre pour lui en vouloir, le haïr de fuir constamment ce avec quoi elle était condamnée à vivre, où qu'elle se trouve. Prendrait-il jamais le temps de la comprendre, à défaut de la consoler ? Sans doute l'aurait-elle rejeté, s'il avait essayé, sans doute aurait-elle sourit sans chaleur en lui assurant que tout allait bien, que ce n'était rien, qu'ils auraient beaucoup d'autres chances... mais il ne lui avait jamais ouvert ses bras et elle ne lui avait jamais sourit, et le silence s'était invité dans leur couple, plus meurtrier encore que les absences de Gabriel. « N’ayez crainte, je vous reviendrai en un seul morceau. » dit-il enfin, avant de se pencher vers elle pour déposer sur ses lèvres un baiser d'adieu, auquel elle ne réagit pas. Elle savait cependant qu'il n'attendait plus rien d'elle depuis sa seconde fausse couche, et elle avait rapidement pris conscience que ce qui aurait du la blesser la laissait douloureusement indifférente. Elle l'observa quitter la pièce et s'éloigner, immobile au milieu de la pièce, sa main toujours posée sur son ventre. Qu'il lui revienne avait-il la moindre importance ? Ne serait-il pas plus simple qu'il se perde sur ces océans qu'il semblait tant aimer et la laisse en paix, avec le souvenir des enfants dont elle n'entendrait jamais les rires ? Sa mâchoire se crispa sous l'assaut d'une colère qu'elle força bien vite à refluer, alors qu'elle réalisait qu'il n'avait pas le choix, qu'il lui faudrait revenir au risque de la compromettre, de ruiner tous les efforts qu'elle avait fournit depuis toujours pour être la femme respectable que tous voyaient en elle.

✩✩✩✩

« Madame, il y a un monsieur en bas qui souhaite vous parler. Dois-je le renvoyer ? » Sybell leva la tête, quittant un instant ses valises des yeux. Elle avait insisté pour qu'on la laisse s'en occuper personnellement, pensant que cela calmerait l'agitation qui ne la quittait plus depuis qu'elle avait pris la décision de rejoindre son mari là où il se trouvait. Ses amis, sa famille toute entière avaient tenté, en vain, de la dissuader d'entreprendre un un si pénible voyage. Mais elle avait conscience qu'il s'agissait là de sa seule et dernière chance de ramener Gabriel auprès d'elle, et elle ne craignait pas, pour cela, de risquer tant sa vie que celle de son enfant. Dans un soupir, elle se retourna lentement vers sa servante, qui l'observait d'un air interrogateur, et légèrement inquiet. « Un monsieur ? » « Il n'a pas dit son nom, madame, il a dit que vous le sauriez. » répondit la femme de chambre en secouant légèrement la tête, sans se départir de son expression ennuyée, gênée, sans doute, de devoir transmettre les énigmes déplacées d'un parfait inconnu. Sybell réfléchit un instant, et écarquilla soudain les yeux alors que l'identité du visiteur s’imposait dans son esprit. Un frisson glacé couru le long de sa colonne, et elle baissa vivement les yeux, espérant cacher son émotion à la servante. Elle se retourna brusquement, visiblement agitée, son regard parcourant la pièce tandis qu'elle cherchait vainement une excuse pour le tenir à distance. « Madame ? » s'inquiéta la servante. Mais Madame ne répondit pas, ne fit même pas mine de lui porter la moindre attention, l'esprit tourné vers la panique qu'elle sentait la submerger. « Madame, dois-je le faire entrer ? » « Je... » commença-t-elle, avant de s'interrompre brusquement en percevant le tremblement de sa voix, qui faisait écho à celui de ses mains. « Je n'en ai pas la moindre idée. » souffla-t-elle, main contre ses lèvres, sans qu'il n'y ait la moindre chance pour que la jeune fille à la porte l'ait entendue. Un fracas et des cris indignés, à l'étage du dessous, la sortirent de ses pensées, et elle se tourna vers la porte, le cœur battant. L'expression peinte sur son visage frappa la servante qui, soudain déterminée, se campa fermement au milieu du passage, déterminée à ne plus en bouger. Sybell, elle, restait figée près de son lit, sa valise ouverte et loin d'être terminée, preuve accablante de ce pourquoi elle savait « monsieur » en chemin vers ses appartements. « Sybell ! » Son nom résonna dans le couloir et elle sursauta, reculant d'un pas. « Sybell, vous ne pouvez pas faire ça ! » Il apparut enfin sur le seuil, à peine dissimulée par la petite servante qu'il repoussa sans le moindre effort. Il claqua la porte derrière lui, tournant résolument la clé. Un pli inquiet apparu sur le front de Sybell, alors qu'elle restait aussi muette qu'immobile. « Vous ne pouvez pas partir, vous ne pouvez pas aller le retrouver. » Elle soutint un instant son regard, hésitant entre incrédulité et colère. Son cœur battait au point de lui déchirer la poitrine, et elle y porta mécaniquement la main avant de tourner le dos à l'homme qui ne la quittait pas des yeux, visiblement furieux. Sans lui répondre, elle se remit à plier ses vêtements, les empilant soigneusement dans sa valise. « Regardez-moi ! Ecoutez-moi ! Vous ne pouvez pas faire ça, c'est mon enfant, pas le sien, vous le savez aussi bien que moi ! » Ces derniers mots lui firent l'effet d'un coup de fouet, dont elle sentit la brûlure jusqu'au plus profond de son âme. Elle se retourna brusquement vers lui, un doigt pointé dans sa direction. « C'est mon enfant. Je l'ai porté, je lui ai donné la vie, je suis celle qui le berce le soir, avant qu'il ne s'endorme. C'est mon enfant, et je décide qui en est le père. » Elle fit un pas en avant, les yeux flamboyants de colère, laissant échapper, enfin, les années de frustration et de silence que son mari, ses absences et ses reproches muets l'avait forcé à accumuler. « Et ce n'est pas vous. Ce n'est pas vous. » Elle prononça ces derniers mots en détachant soigneusement chaque syllabe, espérant ainsi s'en persuader en même temps qu'elle le persuadait, lui. Son bras retomba, et elle se redressa, laissant le temps à sa respiration et à son cœur de reprendre un rythme normal. Elle leva le menton, sans quitter des yeux l'homme aux lèvres pincées qui l'observait sans un mot. « J'ai soigneusement calculé et ça ne peut être que mon mari. Ne vous donnez pas plus d'importance que vous n'en méritez. » Le cœur au bord des lèvres, elle se retourna encore une fois vers sa valise, dissimulant ainsi le tremblement de ses mains et le désespoir  qu'elle devinait briller dans ses yeux. Elle refusait de penser aux sentiments qu'elle avait un jour pu nourrir pour cet homme, si présent et si vrai, qui se tenait derrière elle, et sur qui elle venait de tirer un trait rouge et indélébile. Lorsqu'elle l'entendit quitter la pièce, et ses pas s'éloigner le long du couloir, elle sut qu'elle ne le reverrait jamais.


Dernière édition par Sybell Moriarty le Sam 21 Mar - 16:06, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 739
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : b. barnes.
› crédits : rose adagio, tumblr.
› comptes : aucun.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:14

Ce scénario, cette actrice, ce pseudo. :puppy:
J'crois que j'suis amoureuse, Gaby tu m'en voudras pas si j'te pique ta femme ? :fall: :aw: On se la jouera Will et Elizabeth, mais en mieux quand même. :pervers: :mih: Voilà, j'ai hâte d'en découvrir plus sur la donzelle, bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche, compte sur moi pour te piquer un lien. :chou: :hinhin:

_________________


i'll wrap my hands around your neck so tight with love
« il existe un lieu où le monde de la lumière rencontre celui des ténèbres. c'est là que tout se produit: dans la terre des ombres, où tout est rare, confus, incertain. nous sommes les gardiens de cette frontière. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 4116
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : emilia clarke.
› crédits : ///
› comptes : rhea « pleine aux as » vaughn.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:19

Magnifique scénario I love you Puis cet avatar quoi :yaaay:
Bienvenue et bon courage pour ta fiche ! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 624
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : Colin O'donoghue
› crédits : tag
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:21

J'ai trop adoré lire ce scénar' ! C'est un très très joli perso. Bienvenue et bon courage I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 638
› inscrit(e) le : 08/01/2015
› avatar : tom burke.
› crédits : moi-même (avatar).
› comptes : harley, anna & ely.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 17:30

Wolfe Ramsey a écrit:
Ce scénario, cette actrice, ce pseudo.  :puppy:
J'crois que j'suis amoureuse, Gaby tu m'en voudras pas si j'te pique ta femme ?

Vas-y, vas-y, je te la laisse :haha:

MA FEMME COMME TU ES BELLE :sexe:
Bienvenue sur le forum, merci de tenter ce scénario :puppy: :puppy: :puppy: :puppy:
Bonne chance pour ta fiche, si tu as des questions, n'hésite pas :tong: :ophée:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 18:11

Wolfe; Mais pseudo toi-même, ce prénom est parfait. :kyu:
Je tends les deux mains, vas-y, fais de moi ce que tu veux, fais moi voir le monde et les océans. :*-*:
J'espère que le personnage te plaira assez pour que tu ne regrettes pas ton engagement... :mih:

Idelle&hewry; Vous avez le chic pour les prénoms originaux. J'adore. Merci beaucoup à tous les deux. :koeur:

Gabriel Moriarty a écrit:
Wolfe Ramsey a écrit:
Ce scénario, cette actrice, ce pseudo.  :puppy:
J'crois que j'suis amoureuse, Gaby tu m'en voudras pas si j'te pique ta femme ?  

Vas-y, vas-y, je te la laisse :haha:

:was: :was: :was:
Vas-y, tu aurais au moins pu faire semblant.
Le scénario est une vraie perle, j'aime ces femmes fortes et dignes, mais secrètement brisées. Une vraie louve, je suis amoureuse. Merci de l'avoir créé, j'espère que je saurai lui faire honneur. :puppy:
Je pense t'envoyer un mp dans la soirée, puisque c'est si gentiment proposé. :v:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 2204
› inscrit(e) le : 10/03/2015
› avatar : Zach sexy McGowan
› crédits : Moi même & Tumblr (gifs)
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 18:17

Mais quel super bon choix ! Autant de scénario que de vava ! Cro belle ! :bave: :bave:
Et bienvenue par ici du coup ! :huhu:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 19:50

Bienvenue parmi vous avec ce super choix de scéna :pink:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 199
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : Clara Paget
› crédits : BereniceWCL (avatar & gifs) - SilverLungs (code signature) - Calogero (texte signature)
› comptes : Payton Valentyne, une infirmière presque sans emploi
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 20:19

Quel magnifique choix de scénario, cette femme est inspirante :cute:

Bienvenue chez nous et bon courage pour ta fiche :haha:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 170
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : henry cavill
› crédits : alaska
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 20:20

bienvenue sur le forum :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 1439
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : Phoebe Tonkin
› crédits : CelticAddiction & Tumblr
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 12 Mar - 21:47

Et bah, Gabriel épouse pas des gueuses :mih:

Bienvenue avec ce super choix :ophée:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Membre ›› all the crew aboard.
› messages : 2336
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : caitlin stasey.
› crédits : prittiebird & dyxie.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Ven 13 Mar - 1:13

bienvenue à toi ma belle I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://by-dyxie.tumblr.com/
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Mar 17 Mar - 20:56

Merci à tous. :*-*:
Petit up pour vous dire que je prends mon temps mais que je n'abandonne pas pour autant. Je vais sans doute avoir besoin d'un petit plus niveau délai, parce-que le boulot ne me lâche pas. J'ai déjà oublié les raisons qui m'ont un jour poussé à vouloir être prof, voyez. :you: :you:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 4753
› inscrit(e) le : 08/03/2015
› avatar : santiago cabrera.
› crédits : @nightshade (avatar), tumblr (gifs), M83, oblivion (lyrics).
› comptes : ela seaworth.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Mar 17 Mar - 21:39

MAIMIE :pervers: TEAM MUSKETEERS :mih: :*-*: la femme coquine de Gabychou :aries: :angel: bienvenuuuuuuuuuue :*-*: :fall: bonne chance pour ta fichoutte :haha:

_________________


breathe in the light and say goodbye ≈ since I was young, I knew I'd find you, but our love was a song sung by a dying swan. and in the night you hear me calling, you hear me c a l l i n g. and in your dreams you see me falling. breathe in the light, I'll stay here in the shadow waiting for a sign, as the time grows.


swag swag baby:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 2012
› inscrit(e) le : 19/12/2014
› avatar : toby stephens.
› crédits : ghost.writer (avatar).
› comptes : eleanor, gabriel et annabel.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Jeu 19 Mar - 17:35

je te rajoute 5j de plus :koeur: tu as jusqu'au 24 du coup :ouh:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nswd.forumactif.org
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 14:27

ARAMIS. :ana: Cet homme est une bombe et vous nous jouez en plus ce ship trop chou de la mort qu'est le Annamis. Je-suis-fan.
Merci beaucoup. :mih:

Merci également pour le délai, j'essaye de boucler ma fiche aujourd'hui, et au pire des cas, ce sera demain, je me sens pousser des ailes. :cute:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 235
› inscrit(e) le : 05/01/2015
› avatar : alexandra dowling.
› crédits : moi-même (avatar).
› comptes : harley, annabel et gabriel.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 19:16

J'aime ta fiche :*-*: et tiens, le gabriel qui est en moi t'envoie ça :huhu:
Je te valide ma femme :ghé: (avec Ely c'est bizarre mais osef xD)

félicitations, te voilà validé(e) !
OUH LALA C'EST COOL TU ES VALIDÉ(É) ! Tu vas maintenant pouvoir entrer dans la cour des grands ! Mais pour ça, il y a tout un chemin à suivre ! Ci-dessous tu trouveras toutes les choses que tu peux faire maintenant que tu es validé(e) !

vérifier que ton avatar a bien été ajouté au bottin
recenser ton habitation
rejoindre un équipage
recenser ton métier
recenser ta compétence (sorcières et voyantes)
trouver un lien avec un pv
faire un scénario
faire une fiche de liens
trouver des liens
trouver des rps
papoter avec ton équipage si tu en as un
te renseigner sur les rps "marins"
flooder
voter pour le forum
poster dans la pub bazzart

Tout est dit, sauf le plus important sûrement : tu peux aussi dès à présent t'amuser parmi nous et nous espérons vivement que tu le feras ! N'oublie pas qu'en cas de question ou de problèmes, le staff sera toujours là pour te venir en aide !
Maintenant, moussaillon, c'est l'heure de partir à l'abordage du forum ! Que la force soit avec toi ! (oui maitre yoda était un pirate dans une autre vie, si si jte jure c'est vrai !)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 159
› inscrit(e) le : 08/01/2015
› avatar : Gemma Arterton.
› crédits : elf +av, sweet poison +sign.
› comptes : Haytham, Lettie et Woodes - ceux qui dansent nus les soirs de pleine lune.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 19:17

AH BAH BRAVO HEIN :was: /me va taper Gabriel :aries:
sinon un seul commentaire ma douce : toi, moi, rp :beuh:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 19:31

:mih: :mih: si j'avoue que c'est ce qui m'a motivé à terminer ma fiche, j'ai l'air ridicule, ou pas ? Je suis contente que ça t'ai plu, je voulais vraiment terminer ce week-end, j'ai donc eu peur d'écrire n'importe quoi. Mais je me sens mieux, soudain. Merci, mon p'tit mari. :cute:

Elle a un problème la gueuse ? :you:
Moi être d'accord.
Qui commencer ?
Moi envoyer mp.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Admin ›› the pirate king.
› messages : 235
› inscrit(e) le : 05/01/2015
› avatar : alexandra dowling.
› crédits : moi-même (avatar).
› comptes : harley, annabel et gabriel.
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 19:34

je te comprends, ils étaient sexy sans dec :ouh: moi aussi (enfin gaby xD), je veux un rp :koeur:

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Les années noires.    Sam 21 Mar - 19:42

Ils sont toujours sexy ensemble, peu importe ce qu'ils font. J'ai beau ne pas franchement les shipper, il faut avouer qu'il y a un truc assez costaud entre eux.

Oh oui, évidemment. Je te mp également dans ce cas, qu'on mette tout cela en place. :koeur:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les années noires.    

Revenir en haut Aller en bas
 

Les années noires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Année Spéciale ou Master pro ?
» IUT Saint-Cloud DUT Année Spéciale - admissions 2009
» Tenues des pilotes années 60 en Polynésie...
» Conseils pour fdt pour peaux noires
» Quiche au jambon et olives noires
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
never shall we die :: IT'S TIME TO REST :: the old treasury :: les anciennes fiches de présentation-
Sauter vers: